Association ACAFB

 Le Bélarus

LE BELARUS EN QUELQUES MOTS

Le Bélarus est un incroyable paradoxe. Malgré sa richesse culturelle, son histoire emblématique des déchirures de l’Europe et les qualités d’accueil de sa population, elle reste le pays le moins visité d’Europe.

Le Bélarus est doté d’un bon réseau autoroutier et ferroviaire ainsi que de nombreux transports en commun aux prix très compétitifs. Un tiers du pays est recouvert de forêts qui comptent parmi les dernières forêts primaires d’Europe. La faune et la flore sont particulièrement riches. Le parc national de Belovezhskaya Pushcha, célèbre pour ses bisons d’Europe, en est le parfait exemple. 99 000 kilomètres de fleuves et de rivières et 11 000 lacs complètent le paysage.

Le Bélarus est par ailleurs le paradis des sports en plein air. À l’épicentre du monde slave, les Biélorusses sont très attachés à leur culture. Concerts, opéras, ballets, théâtres, musées se multiplient dans chaque ville. Mauvaise conscience de l’Europe, abandonnée au cours du XXe siècle à tous les totalitarismes, première victime de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl… Le Bélarus n’a pas une très bonne image. Mais elle gagne à être connue.

Pour découvrir le Bélarus, il faut savoir sortir des sentiers battus.

SYMBOLES DU BELARUS

Drapeau de la République du Bélarus

Le drapeau biélorusse est rectangulaire. Sa longueur est du double de sa largeur. Il est composé de trois parties :

Un bandeau rectangulaire horizontal (battant) de couleur rouge.

Un bandeau rectangulaire horizontal (battant) de couleur verte, d’une hauteur égale à la moitié de celle du bandeau de couleur rouge.

Un bandeau rectangulaire vertical (sur le bord du guindant) de couleur blanche, orné d’un motif géométrique de couleur rouge, et d’une largeur égale à un neuvième de la longueur totale du drapeau.

 

Origines du drapeau biélorusse actuel :

Le drapeau biélorusse actuel a été établi le 7 juin 1995. Il remplace le drapeau tricolore horizontal blanc-rouge-blanc, choisi en 1991. Le drapeau actuel évoque le drapeau de la république socialiste soviétique de Biélorussie adopté en 1951. Ce dernier était semblable, à l’exception du coin supérieur gauche du bandeau rouge, chargé d’une étoile à cinq branches aux contours jaunes, ainsi que d’une faucille et d’un marteau de même couleur.

Significations et symboliques :

Le rouge symbolise le passé glorieux du Bélarus. C’est la couleur des régiments de mercenaires biélorusses qui, en compagnie des Polonais, défont les Chevaliers Teutoniques lors de la bataille de Tannenberg (dite aussi de Grunewald) en 1410. C’est également la couleur du drapeau de l’Armée Rouge et des divisions de partisans biélorusses qui combattent les troupes nazies lors de la seconde guerre mondiale.

Le vert évoque le printemps, le futur et l’espoir ; c’est la couleur des forêts et des prés.

Le motif géométrique abstrait qui orne le bandeau vertical blanc est typiquement biélorusse (Узор ou Орнамент selon les sources). Il symbolise le riche héritage culturel du pays, ainsi que l’unité de son peuple. Certains lui prêtent des origines moyennes-orientales.

L’emblème du Bélarus :

L’emblème biélorusse se compose d’une silhouette ajourée du pays de couleur verte, surmontant un globe terrestre issant, couverte par les rayons dorés d’un soleil levant, et sommée d’une étoile rouge à cinq branches. Le tout prend place dans une couronne faite de blés d’or entrelacés de fleurs de trèfle sur la gauche, et de fleurs de lin sur la droite. La moitié inférieure de cette couronne est enveloppée d’un ruban rouge et vert spiralé, portant l’inscription d’or « РЭСПУБЛIКА БЕЛАРУСЬ » (République biélorusse).

 

Source: http://www.aset.be/le-drapeau-et-l-embleme-de-la-bielorussie

L’hymne du Bélarus : https://www.youtube.com/watch?v=YxOcMzCqYH8

LES DONNÉES OFFICIELLES

Nom officiel : République du Bélarus

Capitale : Minsk

Superficie : 207.600 km²

Population : 9, 508 millions hab. (2017) (Banque Mondiale, Eurostat)

Densité de population : 45,8 habitants/ km²

Système politique : République Présidentielle

Le Président : Alexandre Loukachenko (depuis 1994)

Fuseau horaire : GMT + 2/+1 

Villes principales : Brest, Vitebsk, Gomel, Grodno, Minsk et Moguilev

Langues officielles : Russe, Biélorusse

Monnaie : Rouble biélorusse (BYN)

Indicatif téléphonique : +375

Domaine Internet : .by

Groupes ethniques : Biélorusses (81%), Russes (8%), Polonais (3%), Ukrainiennes (2%), Juifs (0,1%).

Religion : 82% orthodoxe, 12% – catholique, 2% – protestantisme, 4% – judaïsme, bouddhisme et autres.

Les pays frontaliers: la Russie, la Lituanie, la Pologne, l’Ukraine, la Lettonie.

Climat : modérément continental avec des hivers doux et humides, des étés chauds et des automnes humides

Paysage : Principalement des plaines (43%) et des forêts (39%).

Point le plus élevé : 345 m montagne de Dzerjinsk (Minsk voblast)

Fleuves principaux : Dniepr, Neman et Bug.

Marais : Poléssie est la plus grande zone de marais et les marécages de l’Europe.

Lacs : 10.000, lac le plus grand : Narach

LANGUE

Lorsque vous venez en Biélorussie, vous allez entendre presque partout la langue russe, même s’il y a deux langues officielles en Biélorusse : biélorusse et russe. En fait, pendant de nombreuses années, la langue, l’histoire et les traditions biélorusses ont été réprimées par d’autres États (la Russie en particulier). Les peuples Biélorusses ont été extrêmement tolérants aux traditions des autres nations sur leur territoire. Cette tolérance, si félicitée par tous ceux qui se rendent en Biélorussie, aurait pu être la cause de la chute de la langue nationale. La langue biélorusse est toujours enseignée dans toutes les écoles. Il y a même des maternelles et des écoles où tous les sujets sont en biélorusse. Pourtant, il n’y a pas de goût de la langue à l’extérieur dans les rues : la plupart des indications sont en russe et les gens sont trop occupés pour revenir à l’héritage de leurs ancêtres.

TERRITOIRE DU BELARUS

Le Bélarus est situé au centre de l’Europe sur le bassin versant de la mer Baltique et de la mer Noire. La capitale est Minsk. Le Bélarus est frontalière avec la Pologne, la Lituanie, la Lettonie, la Russie et l’Ukraine. La longueur totale de la frontière de l’Etat fait 2.969 km. Le territoire du pays totalise 207.600 km2. Il s’étend d’ouest en est sur 650 km et de nord en sud sur 560 km. La république se classe au treizième rang parmi les Etats européens et la cinquième en population parmi les pays de la CEI. En comparaison avec d’autres pays européens par rapport à l’étendue de son territoire, le Bélarus est légèrement plus petit que la Grande-Bretagne et la Roumanie, 2,2 fois plus grand que le Portugal et la Hongrie et 5 fois plus grand que les Pays-Bas et la Suisse. La distance entre Minsk et les capitales des Etats voisins est la suivante : Vilnius -180 km, Riga – 470 km, Varsovie – 550 km, Kiev – 580 km, Moscou – 700 km.

Les régions de Brest, Vitebsk, Gomel, Grodno, Minsk et Mogiliov, qui comprennent 118 unités politiques appelées districts (« rayon » en russe) et la ville de Minsk constituent 6 régions (« oblasts » en russe, « voblasts » en biélorusse). 43% du territoire biélorusse est des terres agricoles, 39% est occupé par des forêts, 2% – lacs et rivières. La longueur totale de 20.800 rivières au Bélarus est 90,600 km. Il y a plus de 10.000 lacs en Biélorussie.

Géographie et paysages biélorusses

Le Bélarus est au cœur de l’Europe. Les 91 000 km de rivières qui la traversent se jettent pour moitié dans la mer Baltique, et pour moitié dans la mer Noire. La ligne de partage des eaux entre le Nord et le Sud de l’Europe passe bien par la Biélorussie.

Le pays s’étend sur 650 km d’est en ouest, et 560 km du nord au sud. Le territoire biélorusse est un territoire ouvert, dépourvu de limites naturelles et d’accès à la mer. Il s’agit d’une grande plaine de faible altitude, 160 m en moyenne. Cette plaine s’est formée lorsque les immenses glaciers qui recouvraient le pays à la préhistoire ont fondu… laissant alors près de 11 000 lacs qui valent à la Biélorussie le surnom de « pays aux yeux bleus ». Le plus grand lac de Biélorussie, le lac Naroch, a une superficie de 79,6 km². Le point culminant est le mont Dzherzhinskaya, près de Minsk (345 m).

Un tiers du pays est recouvert de zones marécageuses. Un autre tiers est recouvert de forêts dont les dernières forêts primairesd’Europe, inchangées depuis la Préhistoire. Au Bélarus plus qu’ailleurs, la géographie permet de comprendre l’histoire tragique. Au cœur de l’Europe, objet de toutes les convoitises, mais aussi sur la route des grandes invasions, la Biélorussie fut continuellement envahie, occupée et soumise.

La Dvina et le Niémen drainent les cours d’eau du Nord et de l’Est vers la mer Baltique. Le Dniepr, la Berezina, le Sozh et le Pripyat drainent ceux du Sud et de l’Est vers la mer Noire. Le Pripyat est tristement célèbre pour être le fleuve qui coule en Ukraine, à proximité de Tchernobyl.

CLIMAT

Le climat biélorusse est modérément continental avec des hivers doux et humides, des étés chauds et des automnes humides. Au cours des dernières décennies, la composante continentale est devenue moins prononcée, les hivers devenant plus chauds. Les températures moyennes de juillet varient de +17 ° C à +18,5 ° C, les températures de janvier varient de -8 ° C à -4,5 ° C. La période avec des températures supérieures à zéro dure environ 230-263 jours. La neige est une caractéristique importante du climat biélorusse. La période avec une couverture régulière de neige dure 75 jours dans le sud-ouest et 125 jours dans le nord-est du pays. La profondeur moyenne de neige varie de 15 à plus de 30 cm.

La meilleure période pour voyager en Biélorussie va de la mi-mai à octobre. Les températures sont généralement douces, voire chaudes en plein milieu de l’été. Le spectacle du réveil de la nature après le long hiver est magnifique : des forêts généreuses et verdoyantes, des plaines à perte de vue, lacs et fleuves qui brillent sous le soleil. Au mois de septembre, la Biélorussie se revêt des couleurs de l’automne offrant au visiteur un paysage très romantique. La période-là moins favorable s’étend de novembre à décembre et de mars à début avril. L’automne est gris, sombre et très humide. La fin de l’hiver est faite de neige mouillée et de flaques énormes. Pour profiter de la neige et des sports d’hiver, les meilleures périodes sont les mois de janvier et février : neige, grands froids et beaucoup de soleil. (Source : https://www.petitfute.com/)

CULTURE ET TRADITIONS

TRADITIONS, COUTUMES, ARTS BIELORUSSES

RELIGIONS

La religion orthodoxe et la religion catholique ont toujours coexisté en Biélorussie. La religion orthodoxe fut plus forte durant les périodes de russification et la religion catholique pendant les périodes de polonisation.

 

Le traité de Brest de 1596 trouve un compromis en créant l’église uniate, qui permet aux orthodoxes de conserver une partie de leurs rites tout en acceptant l’autorité de Rome. Ni russe, ni polonaise, l’église Uniate joua un rôle important dans la constitution d’une identité biélorusse indépendante de ses deux grands voisins. À la fin du XVIIIe siècle, les uniates représentaient 70 % de la population, les catholiques 7 % et les orthodoxes 6 %. Le tsar Pierre Ier de Russie (Pierre le Grand) ne peut tolérer une pareille menace indépendantiste. L’église uniate est interdite en 1839 et l’usage de la langue biélorusse l’est en 1841. Un décret de Pierre Ier interdit également l’utilisation du mot « biélorusse ». Au début du XXIe siècle, les orthodoxes représentent de nouveau 70 % de la population. La politique pro-russe de Loukachenko a renforcé le lien entre l’État et l’église orthodoxe. Loukachenko déclare : « On regarde le Bélarus comme le sauveur de la civilisation slave, et nous devons sauver cette civilisation. » L’église orthodoxe tient le même discours panslavique. En unifiant les peules slaves, il s’agit de marquer sa différence avec l’Occident.

 

La Biélorussie et l’église orthodoxe biélorusse signent en 2003 un Concordat reconnaissant à l’Église orthodoxe un rôle déterminant dans l’évolution spirituelle et culturelle du pays. L’Église orthodoxe de Biélorussie est rattachée au Patriarcat de Moscou. Elle est dirigée par le métropolite de Minsk et de Sloutsk. Aujourd’hui, près de 2 millions de personnes sont catholiques, 15 % étant d’origine polonaise. À Grodno, les messes sont d’ailleurs dites en polonais. Au début des années 1990, l’église uniate a été rétablie. Elle compte aujourd’hui plus de 100 000 fidèles.

FÊTES TRADITIONNELLES

Les fêtes traditionnelles ont été célébré par les biélorusse depuis longtemps. Les rites se fêtent au début des semailles, la récolte (dazhynki), l’arrivée du printemps (gukanne viasny, maslenitsa) , les jours des dieux païens. Chaque année lors du solstice d’été, la Biélorussie célèbre la fête d’Ivan Koupala. C’est un rite antique et païen, un héritage européen plurimillénaire qui montre l’attachement des Biélorusses à leurs racines ainsi qu’à la nature. Il s’agit d’invoquer les éléments naturels pour que les récoltes soient bonnes. De nombreuses danses folkloriques sont alors exécutées par des jeunes femmes aux têtes couronnées de fleurs. Cette fête a donné naissance à l’ensemble musical Kupalinka, qui puise son inspiration dans un large répertoire de chants traditionnels slaves.

ARCHITECTURE

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les principales villes biélorusses ont été détruites à plus de 80 %. Entre 1944 et 1960, la capitale fut reconstruite dans un style grandiose, néoclassique, assimilé au style stalinien. L’idée fut de construire une ville entièrement nouvelle et idéalisée.

En face de la gare de Minsk, les deux tours jumelles (1956) de style gothique médiéval, en fait de style stalinien triomphant, marquent symboliquement l’entrée de la ville. Sur la place de l’Indépendance, le superbe hôtel néoclassique Minsk (1957), en face de la poste (1953), ressemble à un palace de l’époque tsariste.

Depuis la place de l’Indépendance, l’avenue de l’Indépendance s’étend sur 25 km. Elle est particulièrement large, des passages souterrains pour piétons facilitent la circulation. Il est ainsi très agréable de se promener à Minsk et tout peut se faire facilement à pied.

 Les Biélorusses sont également les champions de la reconstruction à l’identique, si bien qu’il est parfois difficile de voir la différence avec les photos d’époque. C’est le cas, sur la place de la Liberté, de l’hôtel Europe (palace Art déco datant de 1907, détruit durant la guerre et entièrement reconstruit, qui a ouvert ses portes en 2006), de l’hôtel de ville (détruit en 1857 sur ordre du tsar Nicolas Ier et reconstruit à l’identique en 2003), des deux dômes de la cathédrale catholique Maryinsky (ayant survécu à deux guerres mondiales, ils furent détruits sous Staline et reconstruits en 2003).

Depuis la création de l’État biélorusse (1991), de nouvelles réalisations ont vu le jour comme la gare centrale de Minsk, grand bâtiment futuriste de verre des architectes V. Kramarenko et M. Vinogradov. Les mêmes architectes ont construit la Bibliothèque nationale de la république de Biélorussie (2006), bâtiment en forme de diamant.

 Les villes-musées de Mir (à 80 km de Minsk) et Nesvizh (70 km de Minsk) ont été classées par l’Unesco au Patrimoine mondial de l’humanité.

La maison des Architectes se trouve au 14, rue Karl-Marx à Minsk. Elle abrite un bar très chic ouvert de 16h à 2h du matin, et des photos en noir et blanc des grands architectes du XXe siècle.

DATCHAS

Les datchas dont nous parlons ici sont des petites maisons de campagne agrémentées d’un jardin potager. Elles jouent un rôle important dans la vie des familles biélorusses. Le jardin, qui donne fruits frais, pommes de terre et autres légumes, permet à la famille une certaine autonomie sur un plan alimentaire. D’autre part, les appartements en ville étant souvent petits et bondés, il n ’est pas rare de voir trois générations sous le même toit, la datcha permet de retrouver un peu d ’intimité.

 

La datcha fait toujours partie d’un ensemble plus important de datchas qui permet aux Biélorusses, en dehors de la ville, de retrouver une sociabilité plus large avec leurs voisins. C’est en quelque sorte le country club des Biélorusses. Au printemps, l’ensemble de ces datchas donnent au paysage un air de fête, avec leurs jardins potagers, leurs arbres fruitiers et leurs petites clôtures.

MUSIQUE ,DANSE

La Biélorussie connaît une longue tradition de musiques religieuses et folkloriques. Parmi les compositeurs des XIXe et XXe siècles, citons Stanislau Maniushka, auteur de l’opéra Halka, et Evgeny Tikotsky, auteur de l’opéra Mikhas Podgorny, mais aussi Irving Berlin. En effet, l’auteur de God Bless America est né en Biélorussie. Les plus connus des groupes de folk-rock biélorusses à l’époque soviétique furent les groupes Pesniary, Siabry et Verasy, encore très populaires aujourd’hui. Avec l’indépendance et les années 1990, des groupes de rock comme N.R.M., Krama, Bi-2 et des pop stars biélorusses comme Boris Moiseev et Lyapis Trubetskoy arrivèrent sur scène. L’Eurovision enthousiasme les Biélorusses. Les participants biélorusses Volha Satsiuk et Alaksandra i Kanstantsin sont devenus des stars. Tous les ans en juillet, les meilleurs musiciens du monde slave participent à Vitebsk au Vitebsk Bazar, un festival de musique slave qui dure une dizaine de jours. Véritable événement national, il réunit chaque année Géorgiens, Ukrainiens, Polonais, Serbes, Tchèques et bien sûr Biélorusses. Le festival Slavonic Bazaar de Vitebsk correspond à cette volonté de fédérer le monde slave, de créer une fédération slave qui ferait obstacle à l’Europe de l’Ouest d’un coté, à la Russie de l’autre. Le site belarusguide.com donne un panorama complet de la musique biélorusse.

DANSE

Les Biélorusses aiment faire la fête et danser jusqu’au bout de la nuit. Chaque ville comporte un certain nombre de discothèques. Un jour par semaine, l’entrée est gratuite pour les femmes, généralement le dimanche. Pour un Biélorusse, une soirée n’est pas réussie s’il n’y a pas un certain nombre de spectacles organisés au cours de la soirée, spectacles auxquels tous seront invités à participer.

 

Une fête oui, mais une fête organisée ! Depuis longtemps la Biélorussie a fait partie de différents états, mais, malgré cela, ce pays a pu développer sa propre culture de danse unique. «Lyavoniha», «Kryzhachok», «Lyanok» – toutes ces danses folkloriques sont encore populaires auprès de la population biélorusse et les citoyens des pays de la CEI.

Adresse

22 Avenue du Maréchal Foch

92260 Fontenay aux Roses

Mail : amitiefrancobielorusse@gmail.com

Ouvrir chat
Besoin d'aide ?
Bonjour .
Je peux vous aider ?