Costume traditionnel biélorusse

Le costume national est un ensemble de vêtements bien établi, de chaussures et de bijoux. Il se formé pendant plusieurs siècles, il était fortement dépendant du climat et reflétait les traditions de la population. Les conditions naturelles ont influencé non seulement un ensemble de vêtements, mais également le choix des tissus. Par exemple, le costume national biélorusse, dont nous allons parler dans cet article, a été cousu à partir de lin, de laine et même de chanvre, les décorations ont été faites de bois, de paille et bien plus encore. En bref, de ce qui était à portée de main.

Les costumes biélorusses, source : https://minsknews.by/kak-odevalis-nashi-predki/

Un peu d’histoire

On pense que les premières informations sur les vêtements des Biélorusses ont été mentionnées dans le Statut de 1588 du Grand-Duché de Lituanie. Des descriptions et même des images des vêtements nationaux de cette époque se trouvent dans les notes des voyageurs parcourant les terres du Grand-Duché de Lituanie. Le temps passa, les frontières des états changèrent et avec elles les traditions folkloriques changent aussi. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, le costume national de la Biélorussie avait déjà une apparence unique, dans lequel les traits ethniques étaient clairement manifestés. Ici, il était possible de trouver à la fois des éléments païens antiques (principalement des ornements) et l’influence de la culture urbaine. Cependant, le costume n’était pas le même dans toutes les régions du pays. Les ethnographes ont trouvé environ 22 options qui se sont développées dans différentes régions: Dniepr, Ponemanye, Poozerye, Polesye oriental et occidental, etc. Les différences se manifestaient principalement dans les ornements, les couleurs et la coupe des vêtements.

Couleurs et nuances

La couleur principale des vêtements des Biélorusses était le blanc. Il existe une légende selon laquelle grâce à cette couleur le peuple a reçu leur nom. De nombreuses personnes célèbres ont remarqué cette caractéristique lors de leurs voyages. Ainsi, l’ethnographe du XIXe siècle, Pavel Cheine, écrivait dans ses notes sur les terres biélorusses : « … Là où les gens se rencontrent, il y a un mur entièrement blanc ».

Photo, Les paysans biélorusses, source: http://wlooks.ru/nacionalnye-kostyumy/belorusskie/

Les vêtements étaient cousus principalement à partir de lin blanchi. Cela ne veut pas dire que les Biélorusses ne savaient pas comment teindre les tissus. Il est prouvé que dès le XVIIe siècle, les paysans ont teint les tissus en bleu, en violet et même en pourpre. Cependant, la couleur la plus préférée est restée blanche.
Comme nous l’avons dit au début, les tissus ont été fabriqués à partir de matières organiques locales. Il s’agissait principalement de lin, de laine, de chanvre et même d’ortie. Il a été apporté sur les terres biélorusses aussi des tissus coûteux tels que la soie ou le velours. Mais pour les paysans ordinaires, ils n’étaient pas accessibles.
Jusqu’à la fin du XIXème siècle, dans les fermes paysannes, les tissus étaient fabriqués et peint de manière indépendante. Pour ce faire, les paysans utilisaient les racines des plantes, des baies, de l’écorce ou des bourgeons d’arbres. Il était peint principalement des tissus pour jupes, pantalons et vestes sans manches. Pour les autres produits, le tissu est simplement blanchi.
À la fin du XIXe siècle, avec le développement de la production industrielle, ils était commencé à utiliser des tissus calicot, acheter des écharpes et des foulards aux couleurs vives. Dans le même temps, les éléments de la mode urbaine ont commencé à pénétrer de plus en plus activement dans le costume national.

Timbres avec les tenues traditionnelles biélorusses des régions de XIX siècle.

Coupe et points de coutures décoratives

La chemise est l’élément principal du costume national. Au début, cela se faisait sans coutures aux épaules. Tissu simplement plié en deux au bon endroit et parfaitement ajusté. Mais au XIXe siècle, cette méthode était déjà considérée comme obsolète et n’était utilisée que pour coudre des vêtements de cérémonie.
La nouvelle façon de couper les chemises était de relier des inserts spéciaux (paliques) du même tissu les panneaux arrière et avant.
Une caractéristique importante de la chemise biélorusse était une coupe droite sur la poitrine. Par exemple, dans les provinces russes, une telle coupe a été faite sur le côté gauche de la poitrine. Sur les chemises de fête le long de la section, des insertions spéciales avec broderie ont été ajoutées, appelées «manichka» ou «grudina».


Les cols faisaient également partie des vêtements de fête. Ils ont été faits principalement verticaux, pas plus de 3 cm, et attachés avec un petit bouton. La petite noblesse, qui n’a pas pu confirmer son appartenance à la classe supérieure et les paysans ont cousu des chemises avec un col rabattu pour souligner leur particularité. Ce col avait des boutons de manchette.
Les jupes de lin ont été coupées en deux moitiés, tandis que les tissus étaient composés de trois à six parties longitudinales. Ensuite, ils ont été cousus et rassemblés en plis.

Accessoires et décorations

L’accessoire principal du costume national est une ceinture. Les ceintures ont été tissées pas soi-même, les motifs étaient les plus incroyables. Plus la famille est riche, plus la ceinture est chère. Les personnes très riches pouvaient se permettre des ceintures de soie entrelacées de coûteux fils d’or et d’argent. Chaque ceinture est aujourd’hui considérée comme une œuvre d’art à laquelle sont consacrées des expositions complètes dans les musées. Des pendentifs faits de métaux, os, pierre ou bois peu coûteux ont été utilisés comme décorations. Les femmes complétaient leur tenue avec des perles, principalement en verre ou en ambre. Les paysannes fortunées pouvaient porter des perles et des rubis. D’autres ornements décoratifs, tels que des broches, des bagues, des bracelets, étaient principalement disponibles pour les riches épouses et filles de paysans et n’était pas beaucoup utilisé.

Vêtements d’hiver traditionnels des paysans biélorusses (le village de Goshcha près d’Ivatsevichi), XIXe siècle (Musée de la culture biélorusse antique), source: Wikipedia

Costume de femme

Ainsi, la base de tout costume dans les temps anciens était une chemise. Les chemises des femmes étaient longues et cousues de lin. Elles sont toujours décorées de broderies. Une jupe était portée sur la chemise. Les jupes peuvent être différentes : en été – en lin (“letnik”), en automne et en hiver – en tissu (“andarak”) et aussi particulières pour les femmes adultes  « poneva ». Un tablier était porté par-dessus la jupe et un gilet sans manches par-dessus de la chemise et une ceinture La tête était nécessairement ornée d’une coiffe portant des informations sur l’état matrimonial d’une femme. La tenue était complétée par des perles, des rubans et d’autres décorations. Ceci est la base. Mais il pourrait y avoir des options.

Image associée
Source: https://minsknews.by/kak-odevalis-nashi-predki/


La jupe-poneva avait une coupe différente et était portée soit par les femmes mariées, soit par les filles déjà fiancées. Ils ont cousu une telle jupe à partir de trois morceaux de matière, qui ont été rassemblés par le haut et attachés à la taille. Si tous les morceaux de tissu étaient cousus, c’était jupe-poneva fermé. S’ils restaient ouverts devant et sur le côté, ils s’appelleraient jupe-balançoire. Presque toujours la jupe-poneva était décorée avec de riches ornements.


Costume de femme, source: https://vplate.ru/kostyumy-nacionalnye/belorusskie/


La couleur de la jupe, des peaux ou de l’andarak peut être différente. Principalement peint en rouge ou bleu-vert. En outre, la jupe pourrait être cousu du tissu à carreaux ou rayé. Les tabliers étaient toujours brodés et les vestes sans manches étaient également décorées de dentelle.
Le gilet sans manches était un élément de vêtements de fête. Ils l’ont fait nécessairement avec la doublure et l’ont appelé « Garset ». La coupe de Garset peut être différente : jusqu’à la taille ou plus long, droite ou ajustée. Il n’y avait pas de réglementation stricte à ce sujet. Le gilet sans manches peut être boutonnée sur des crochets, des boutons ou simplement lacée.
En hiver, il fallait des vêtements d’extérieur. Ils l’ont fabriqué à partir de laine et de peaux d’animaux. Le plus souvent porté était l’habillage en peau de mouton. Il était généralement de coupe droite et orné d’un large col rabattu. Les vêtements d’extérieur féminins et masculins étaient semblables. La seule différence était qu’il y avait plus de décorations chez les femmes. Les manches, et parfois l’ourlet, étaient gainés d’une bande de la même peau de mouton tournée vers l’extérieur.
Mais les chapeaux n’étaient pas aussi monotones que les vêtements d’extérieur. Les filles décoraient leurs cheveux avec des rubans et des couronnes. Les femmes mariées devaient cacher leurs cheveux. Le plus souvent, les Biélorusses portaient un «namitka» ou un foulard.

Foulard « Namitka », Source: http://heliograph.ru/namitka/

Pour mettre un vêtement, il fallait rassembler les cheveux en chignon au sommet de la tête et les enrouler sur un anneau. Ensuite, ils mettaient un bonnet spécial et sur celui-ci – drap de lin blanchi. Sa longueur était en moyenne de 4 à 6 m et sa largeur de 30 à 60 cm.
Il  y avait les plusieurs façons pour attacher le « namitka ». Le namitka de de mariage a été gardé toute la vie et porté plus tard seulement aux funérailles.
Les paysans portaient des chaussures comme des « lapti » ou des « postoli ». Les « postoli » sont des sandales spéciales en cuir brut. Les bottes ou chaussures étaient portés uniquement pendant les fêtes. Souvent toute la famille avait qu’une seule paire de chaussures. Ces chaussures étaient confectionnées à la commande par des cordonniers et étaient donc très chères.

Costume d’homme

La base du costume des hommes était également une chemise brodée autour du col et en dessous, un pantalon et le gilet sans manches et des accessoires dont la ceinture et une coiffe.
Sur les terres biélorusses, les pantalons étaient appelés «jambières» ou «portki». Les pantalons d’été étaient cousus en lin, les pantalons d’hiver en tissu. À propos, à cause de cela, les jambes d’hiver ont été appelées « chiffons ». Les pantalons pourraient être cousus avec une ceinture et un bouton, et ils pourraient être sans ceinture et juste attachés à une ficelle. Les paysans riches portaient pendant les fêtes des pantalons en soie au-dessus des pantalons en lin. Au fait, au fil du temps, les pantalons en lin ont commencé à être considérés comme les sous-vêtements masculins. Mais cela s’est passé au début du XXe siècle, alors que le village portait déjà des pantalons fabriqués en usine.

Source: https://shei-sama.ru/publ/nacionalnaja_odezhda/belorussija/muzhskoj_nacionalnyj_belorusskij_kostjum/151-1-0-2369

En règle générale, ils enveloppaient les pantalons au bas de la jambe avec des « lapti » ou des « postols ». Il n’y avait pas de poches dans les vêtements des hommes et des femmes. Au lieu de cela, ils utilisaient de petits sacs qui étaient portés à l’épaule ou suspendus à la ceinture. Les gilets d’hommes sans manches ont été appelés « kamizelka ». Ils étaient fabriqués en tissus. Le vêtements d’extérieur a été fait de peau de mouton, tandis que les paysans riches portaient des manteaux de fourrure.

1. Photo de L. Boyd. Poleshuk (Pinsk) et le paysan
2. Les vêtements d’hiver d’un paysan riche, village de Marochna, Polésie occidentale. Le début XX siècle source: https://minsknews.by/kak-odevalis-nashi-predki/

Il y avait beaucoup de chapeaux différents. Ils ne portaient pas des valeurs sociales tels que chez les femmes, leur utilisation avait le caractère purement pratique : pendant la saison froide, ils portaient un «magerka» en laine feutrée et, en été, un «bryl», un chapeau de paille à bord. En hiver, ils utilisaient aussi des chapeaux « ablavuhi ». Dans la seconde moitié du XIXème siècle. une « chapeau-casquette » est devenue à la mode – un chapeau d’été avec une visière laquée.

Chapeau « Bryl », Source: https://minsknews.by/kak-odevalis-nashi-predki/

Le choix des chaussures était à peu près le même que celui des femmes. En été – sandales, en automne et au printemps – postol, en bottes d’hiver.

Le vêtement d’Enfant

Les enfants jusqu’à l’âge de 6-7 ans, les filles et les et garçons, portaient une chemise en lin ordinaire jusqu’au sol, qui était serrée par une ceinture à la taille. A l’âge de 7-8 ans les garçons commençait porter les premiers pantalons, et les filles   – leurs premières jupes. De plus, au fur et à mesure de leur maturation, de nouveaux éléments étaient ajoutés. La fille devrait donc coudre son premier tablier et le broder. Dès qu’elle a fait cela, elle a été considérée comme une jeune fille et pourrait être invitée en compagnie de jeunes. Quand la fille était fiancée, elle pouvait porter une jupe – une jupe spéciale portée uniquement par les femmes adultes. Et, bien sûr, l’élément le plus important était la coiffe. Avant le mariage, c’étaient des couronnes et des rubans, après le mariage les femmes portaient un foulard ou « namitka ».

Les vêtements d’enfants

Source: http://wlooks.ru/nacionalnye-kostyumy/belorusskie/ ; Traduction: ACAFB

La carte des costumes traditionnels biélorusses selon la région.

Source : http://www.ljplus.ru/img4/i/n/incopolis/Karta-stroev.jpg

La liste des costumes traditionnels au Bélarus selon la région:

01. Berezinsky
02. Berezovsky
03. Braginsky: le territoire de la Polésie orientale, principalement les districts du sud-est de la région de Gomel
04. Buda-Koshelevsky: la région du Dniepr, principalement les régions de Buda-Koshelevsky, Gomel et Rechytsa
05. Bykhovsky
06. Vileyka
07-08. Volkovysk-Kamenetsky: Ponemonye: districts de Volkovyssky, Pruzhansky et Kamenetsky
09-10. Davyd-Gorodok-Turovsky: Est-Ouest Polésie: Turov, David-Gorodok et Stolin
11. Dzukia: sud-est de la Lituanie et nord-ouest de la Biélorussie
12. Dishensky
13. Domachevsky: West Polesie: village de Domachevo au sud-ouest des districts de Brest et de Malorita (le long de la rivière Bug), en Pologne (près de la ville de Vlodava) et dans les districts du sud-ouest de la région de Volhynie
14. Dubrovensky: Dvina (région de Vitebsk), en partie située dans la région de Smolensk
15. Kalinkovichi: Polésie orientale: districts de Kalinkovichi, Svetlogorsk et Zhlobin
16. Kobryn: districts de Zhabinka et Kobryn
17-18. Kopyl-Kletsky: Biélorussie centrale: districts de Kopyl, Kletsk, Uzda et Nesvizh
19. Krasnopolsky: Podneprovye: districts de Krasnopolsky, Kostyukovichsky, Klimovichsky, Khotimsky, Chechersky et Cherikovsky
20. Lepel: Dvor: districts de Lepel, Ushachsky, Chashnytsky
21. Luninets
22. Liakhovichsky: Biélorussie centrale: districts de Liakhovichi, Nesvizh et Kletsk
23. Malorita: West Polesie: Malorita et le sud du district de Kobryn
24. Mogilyov: Podneprovye: districts de Mogilyov, Bykhovsky, Shklovsky, Slavgorodsky et Rogachevsky
25. Mosty: Ponemonye: districts de Mosty, Shchuchinsky, Zelva
26. Motol’skii: Pololesie occidentale: petit territoire du district d’Ivanovski (d. Motol, d. Tishkovichi d. Osovnitsa)
27-28. Mstislavo-Klimovichsky
29. Narovlya
30. Neglyubsky: région du Dniepr: Vetka, au sud de Krasnogorsk et au sud-ouest du district de Novozybkov dans la région de Bryansk en Russie
31. Novogrudsky: Ponemonye: Novogrudsky, Karelichsky, Slonimsky, Lida districts
32. Ostrovetsky
33. Pinsk-Ivatsevichi: Polésie occidentale: districts de Berezovsky, Gantsevichi, Drogichinsky, Ivatsevichi et Pinsky
34. Puhovichsky: Biélorussie centrale entre Slutsk et Osipovichi sur les rives de la rivière Ptich
35. Rossonsky
36. Slutsk: Central Belarus: Slutsk et les villages environnants
37. Smolensky
38. Starodorozhsky
39. Turov-Mozyr
40. Shklovsky