À l’occasion des 200 ans de la naissance de Stanislaw Moniuszko

Stanislaw Moniuszko

Dans la culture musicale biélorusse du XIXe siècle, Stanislaw Moniuszko, se distingue comme le plus grand compositeur de son temps. On considère que Moniuszko est un compositeur polonais. Sa famille était originaire des territoires de l’ethnie biélorusse de Podlasie et appartenait à la partie de la population qui professait la religion catholique et utilisait la langue polonaise. Cependant, de nombreuses œuvres de Moniuszko ont été créées et présentées sur le sol biélorusse, rempli de saveurs biélorusses. Le nom de ce compositeur a un lien profond et vital avec la culture biélorusse.

Stanislav Moniuszko est né le 5 mai 1819 dans l’ancien domaine Ubel, dans la région de Chervensky, pas loin de Minsk. Là, entouré par la nature merveilleuse, il a passé son enfance. Adolescent, il a ressenti la beauté du folklore biélorusse. Stanislav écoutait avec enthousiasme et mémorisait les chants des paysans. La maison Moniuszko était remplie d’une atmosphère créative: écrivains, musiciens, acteurs se réunissaient ici, fêtes musicales organisées au cours desquelles la mère de Stanislav dirigeait le spectacle – elle était une excellente chanteuse et pianiste. Et par conséquent, il est naturel que la saveur biélorusse domine dans tous les écrits de Stanislav Moniuszko, en particulier les premiers.

La village natale de Stanislaw, Ubel

Dans son travail ultérieur, le compositeur s’est inspiré de sources folkloriques biélorusses. Grigory Romanovich Shirma, par exemple, était fasciné par son opéra « Le flotteur ». Il écrit : « Une telle richesse de chants et d’intonations folkloriques qui donne parfois l’impression que vous êtes quelque part près de Slutsk ou de Minsk pour assister à une fête nationale. »

Stanislaw a reçu sa formation musicale initiale de sa mère, qui a étudié sous la direction du célèbre musicien et compositeur de Minsk, František Carafa-Korbut. Quand vint le moment d’étudier le garçon, la famille s’installa à Minsk, où Stanislaw Moniuszko commença à étudier la musique sous la direction du chef d’orchestre et du merveilleux professeur de musique Dominik Stefanovich.

Plaque commémorative à Minsk

À l’âge de 17 ans, il étudie pendant deux ans à l’Académie de chant de Berlin sous la direction de Karl Friedrich Rungenhagen. Les premières œuvres de Moniuszko ont été écrites et publiées à Berlin: « Trois chansons », la chanson « Conversation », la ballade « Trois Boudrys » sur les textes d’Adam Mickiewicz et du Premier Quatuor à cordes. La création des premières œuvres musicales, scéniques et de la musique religieuse appartient également à cette époque.

En 1840, après avoir terminé ses études, le compositeur s’installa à Vilna, où il épousa Alexandra Müller. Là, il travaillait comme organiste à l’église Saint-Jean. Son salaire annuel était de 100 roubles d’argent. En outre, Moniuszko donnait des cours de piano et de composition (parmi ses étudiants figurait le futur compositeur célèbre César Cui).

Image associée
Statue de Stanislaw Moniuszko à Vilnius

À l’époque de Vilna, le compositeur a créé la plupart des œuvres vocales sur des sujet et des textes de chansons folkloriques biélorusses, traduites en polonais par Jan Chechet, Vladislav Syrokomley, Adam Mickiewicz et d’autres poètes remarquables. Les romances et les chansons de Stanislav Moniuszko ont en réalité changé le contexte des foyers et des concerts de la Biélorussie et de la Pologne, qui était jusque-là centré sur la musique italienne, française et allemande.

La création des premiers vaudevilles, comédies musicales et opéras de Moniuszko est associée à la Biélorussie. En 1834 les amateurs de musique de Minsk ont mis en scène « Employés de bureau », en 1841 à Grodno, et deux ans plus tard à Minsk, sa pièce de théâtre « Loterie ».

La majeure partie de l’héritage de Stanislav Moniuszko de la période biélorusse était composée d’œuvres sur des thèmes religieux, parmi lesquels quatre « Litanies d’Ostrobrama». De nombreux chercheurs considèrent que la plus grande réussite du compositeur de la musique religieuse écrite à l’époque biélorusse. Moniuszko a également travaillé dans la cantate, poème symphonique, etc. Il a écrit « Conscription », « Le concours des musiciens » et « Eau merveilleuse » sur le libretto de Vincent Dunin-Martsinkevich.

L’Idylia («Selyanka»), mise en scène en 1852 à Minsk avec Dunin-Martsinkevich et Konstantin Kzhizhanovsky, est devenue le premier opéra présenté en biélorusse. En fait, pour la première fois, des mélodies nationales, des dictons, des proverbes et des expressions populaires ont résonné sur la scène du théâtre biélorusse. La première de cet opéra-comique a été un grand succès, mais les autorités ne l’ont pas apprécié, car il a critiqué la réalité féodale. L’opéra a été interdit, néanmoins il était possible de le présenter à Bobruisk, Slutsk, Nesvizh et Glusk.


Statue de Moniuszko et Dunin-Martsinkevich à Minsk

Le célèbre opéra « Halka » a remporté un vif succès et a été présenté en concert en 1848 à Vilna et en 1856 à Minsk.

Opéra « Halka » réalisé par Opera Bytom


En 1842, Stanislav Moniuszko se rendit à Saint-Pétersbourg, tentant en vain d’obtenir un siège du compositeur de la cour à l’opéra. En 1849 et 1856, il donna des concerts d’auteur à Saint-Pétersbourg. Il connaissait les compositeurs russes Mikhail Ivanovich Glinka, Alexander Sergeevich Dargomyzhsky, Alexander Nikolaevich Serov, qui accordaient une grande valeur à son travail. Depuis 1850, Moniuszko dirigea des représentations d’opéra à Vilna.

En 1858, Stanislav Moniuszko fit ses adieux à la Biélorussie et s’installa à Varsovie. Il devient chef d’orchestre et directeur du théâtre Wielki (théâtre du Bolchoï), sur la scène duquel il met en scène plusieurs de ses opéras. Parmi ceux-ci se trouve le célèbre «Halka» dans la nouvelle version en quatre actes, «Flis», dont la richesse en chansons de chants et de danses provient du folklore biélorusse, l’opéra «La Comtesse» et «Verbum Nobile», témoins de la maturité du style lyrique du compositeur. Un autre opéra célèbre de Stanislav Moniuszko, « Le Manoir hanté », a été écrit en 1865. Pour la première fois en URSS, il a été mis en scène en 1952 par le théâtre d’opéra et de ballet d’État de Biélorussie traduit en biélorusse par Maxim Tank.

Statue de Moniuszko à Varsovie

En général, le compositeur a créé 20 opéras et opérettes, 3 ballets, deux requîmes, des centaines de chansons, dont une «Chanson en marche de Litvin» aux paroles de Vladislav Syrokomli.
De 1864 aux derniers jours de sa vie, Moniuszko était professeur à l’Institut de musique de Varsovie. La même année, Moniuszko s’est rendu à Minsk pour la dernière fois, alors qu’il était déjà un compositeur connu et respecté.


Statue de Stanisław Moniuszko à Częstochowa

Tout au long de sa vie, il a maintenu des liens étroits avec des musiciens biélorusses et leur a fourni de l’aide la plus diversifiée dans le domaine de la création. Pendant longtemps, il a lui-même été professeur de piano pour le pianiste Gorvat à Minsk, et il a envoyé divers éditeurs, dont Ferenc Liszt, des œuvres du talentueux compositeur et pianiste de Minsk, Florian Miladovsky, qui a écrit des articles sur ses compatriotes – le piano et le maître d’orgue Belyavsky, la violoniste Grodno Teofilia Yuzefovitch, ont passé en revue leurs œuvres, notamment le livre de Napoléon Orda « La grammaire de la musique », ont contribué à l’éducation musicale de Kamile Martsinkevich, du violoniste Krieger et d’autres jeunes talents.

Stanislav Moniuszko est décédé en 1872. La renommée européenne est venue au compositeur à la période de sa vie à Varsovie. Il est devenu un classique de la musique polonaise. Mais Stanislav Moniuszko était, reste et fera toujours partie de la culture et de la terre biélorusses, qui l’ont nourri et inspiré.

Tombe de Stanislaw Moniuszko à Varsovie

Source: https://www.belta.by/culture/view/dose-stanislav-monjushko-208416-2016/ Traduciton ACAFB

En l’honneur de Stanislav Moniuszko, les rues sont nommées dans de nombreuses villes de Pologne, ainsi qu’à Minsk, Grodno, Krivoï Rog et Kharkiv.

Le 24 Avril 2019 à l’occasion du 200e anniversaire du compositeur, le musée de Stanislav Moniuszko, a été inauguré à Smilovichi. Lire la suite: http://www.ctv.by/novosti-minska-i-minskoy-oblasti/v-smilovichah-nachal-rabotat-muzey-stanislava-monyushko