11/10/2019 – à l’approche de Dziady (Toussaint) en Biélorussie

Chaque année, le 2 novembre, les biélorusses fêtent Dziady (Toussaint). On appelle ce jour Toussaint d’Automne (Vosenskiya Dzyady), que les orthodoxes ont célébrés la troisième semaine après l’intercession. C’est le jour du souvenir des ancêtres. Dans le calendrier populaire, il existe un algorithme universel permettant de calculer les dates de tous les jours fériés. Malheureusement, en ce qui concerne cette fête, lorsque le jour de souvenir des ancêtres a été inscrit sur la liste des jours fériés officiels, la tradition populaire n’a pas été respectée. Aujourd’hui, il est de coutume de célébrer cette fête l’un des samedis du 1er au 11 novembre, en associant deux traditions : orthodoxe et catholique. En Biélorusse ce jour est prévu pour le 2 novembre. La fête biélorusse « Vosenskiya Dzyady » c’est un jour en famille avec les proches. Dans certaines régions occidentales de la Biélorussie, il existe des cas où des personnes sont allées rendre visite à leurs ancêtres dans un cimetière. Ce printemps, il est de coutume de rendre visite aux morts au cimetière de Radunitsa. Aujourd’hui, ils invitent leurs ancêtres chez eux pour les remercier de leur aide et de leur soutien. Ce jour-là, tous les ancêtres ont été commémorés, quel que soit leur lieu de sépulture. Avant Dzyady la maison a été nettoyé, lavé. Après le bain les gens lassaient un seau d’eau propre et un nouveau balai pour les âmes de leurs ancêtres. Les femmes préparaient divers plats. Le propriétaire allumait une bougie et avec une prière invitait tous les ancêtres à dîner. Avant le dîner, toutes les portes de la maison étaient ouvertes afin que les ancêtres puissent entrer et s’asseoir à la table. Avant de passer au plat suivant, une partie de celui-ci a été placée dans une assiette spéciale pour les esprits. Les dîners funéraires solennels durèrent assez longtemps, tout le monde se comporta avec retenue. Ils se souviennent du meilleur de leurs parents décédés dont plus d’une génération peut être fière. Au cours du dîner seuls les grands-pères étaient autorisés à parler de leur vie, leurs caractères, leurs conseils et leurs bonnes actions. Cette conversation commençait par l’histoire de l’ancêtre le plus ancien et le plus célèbre et s’est terminée par un souvenir du défunt.

Cela a été fait chaque année, transférant progressivement toutes les informations aux enfants et aux petits-enfants. À Dzyady, chaque famille paysanne a généreusement doté les pauvres du village. Tout au long du 20ème siècle, la tradition de commémorer leurs ancêtres à Dzyady n’a pas été généralisée. Dans les années 1990, datés du 2 novembre, sont devenus un jour de congé officiel. Aujourd’hui, bien que le 2 novembre soit à nouveau déclaré journée de travail, les Dziady sont largement célébrés par les habitants des zones rurales et urbaines.

Source: https://www.calend.ru/holidays/0/0/2503/ Traduction ACAFB